Numéros complets

no 4 | 2016 : Sémiotique et liberté

Se pencher sur la liberté d’un point de vue sémiotique promet une diversité d’approches, d’enquêtes variées garantes de résultats dont la richesse n’a d’égal que le sérieux qui les encadre. Une définition de la liberté d’un point de vue sémiotique, inévitablement, se rapportera à la compétence interprétative d’un individu en regard de ce qui le contraint : son environnement signifiant, sa constitution physique, sa condition sociale, etc. Dans le cas d’une collectivité, il faudra prendre en compte la nature de ses composants et, surtout, les règles de leur agencement. Une constante se profile : la liberté dont dispose un organisme quelconque s’accorde aux limites de ses compétences interprétatives. Ses aptitudes à cet égard, ou la sophistication de ses facultés d’interaction sémiotiques, constituent une mesure apte à : 1) définir le jeu des possibles qui est le sien du point de vue de l’agentivité ; et 2) indiquer où se situe le seuil limitatif pour cet organisme ou cet individu au regard des contraintes environnementales ou interactionnelles qui structurent ses relations dynamiques dans son milieu. Dans la perspective plus restreinte de la recherche, cette liberté interprétative – la nôtre dans l’exercice et le développement de la sémiotique – ne connaît qu’une contrainte : la rigueur critique.

Se pencher sur la liberté d’un point de vue sémiotique promet une diversité d’approches, d’enquêtes variées garantes de résultats dont la richesse n’a d’égal que le sérieux qui les encadre. Une définition de la liberté d’un point de vue sémiotique, inévitablement, se rapportera à la compétence interprétative d’un individu en regard de ce qui le contraint : son environnement signifiant, sa constitution physique, sa condition sociale, etc. Dans le cas d’une collectivité, il faudra prendre en compte la nature de ses composants et, surtout, les règles de leur agencement. Une constante se profile : la liberté dont dispose un organisme quelconque s’accorde aux limites de ses compétences interprétatives. Ses aptitudes à cet égard, ou la sophistication de ses facultés d’interaction sémiotiques, constituent une mesure apte à : 1) définir le jeu des possibles qui est le sien du point de vue de l’agentivité ; et 2) indiquer où se situe le seuil limitatif pour cet organisme ou cet individu au regard des contraintes environnementales ou interactionnelles qui structurent ses relations dynamiques dans son milieu. Dans la perspective plus restreinte de la recherche, cette liberté interprétative – la nôtre dans l’exercice et le développement de la sémiotique – ne connaît qu’une contrainte : la rigueur critique.

no 3 | 2015 : Sémiotique des mystères

Du mystère originel au fait divers inexpliqué ; des cultes à mystères tels qu’ils ont été pratiqués un peu partout dans le monde gréco-romain au cours de l’Antiquité jusqu’au mystère de la Foi dans la théologie chrétienne ; du mystère entourant la mort d’Edgar Allan Poe au Mystère de la chambre jaune de Gaston Leroux ; chacun de ces types nourrit la polysémie du concept et augmente son ambiguïté. Secret, énigme, culte, complot ; mais aussi vérité, révélation, représentation, allégorie, symbole : tous ces termes se commutent et se complètent, forgent un terreau d’investigation théorique fertile. Prenant acte de cette polysémie, ce troisième numéro du Cygne noir s’est donné pour mandat de confronter les différents rapports que la sémiotique entretient avec le mystère. 

Du mystère originel au fait divers inexpliqué ; des cultes à mystères tels qu’ils ont été pratiqués un peu partout dans le monde gréco-romain au cours de l’Antiquité jusqu’au mystère de la Foi dans la théologie chrétienne ; du mystère entourant la mort d’Edgar Allan Poe au Mystère de la chambre jaune de Gaston Leroux ; chacun de ces types nourrit la polysémie du concept et augmente son ambiguïté. Secret, énigme, culte, complot ; mais aussi vérité, révélation, représentation, allégorie, symbole : tous ces termes se commutent et se complètent, forgent un terreau d’investigation théorique fertile. Prenant acte de cette polysémie, ce troisième numéro du Cygne noir s’est donné pour mandat de confronter les différents rapports que la sémiotique entretient avec le mystère. 

no 2 | 2014 : Sutures sémiotiques

C’est au contact de la pensée du philosophe et sémioticien belge Herman Parret que nous est venue l’idée de bâtir le présent numéro du Cygne noir autour du thème des sutures sémiotiques, reprenant à notre compte le titre et le thème de son ouvrage paru en 2006. Le concept de suture enserre la possibilité d’un effacement du discontinu, sans que ne disparaisse pour autant la différence, qui reste observable dans la ligature opérée. Deux niveaux de sutures nous ont paru devoir être envisagés. Le premier concerne la relation des choses aux mots, et des mots aux discours. La double articulation du langage symbolique nous paraît former un terreau riche pour penser les fondements suturaux des systèmes sémiotiques complexes. Le second niveau sutural envisagé est épistémologique et s’insère dans une réflexion disciplinaire.

C’est au contact de la pensée du philosophe et sémioticien belge Herman Parret que nous est venue l’idée de bâtir le présent numéro du Cygne noir autour du thème des sutures sémiotiques, reprenant à notre compte le titre et le thème de son ouvrage paru en 2006. Le concept de suture enserre la possibilité d’un effacement du discontinu, sans que ne disparaisse pour autant la différence, qui reste observable dans la ligature opérée. Deux niveaux de sutures nous ont paru devoir être envisagés. Le premier concerne la relation des choses aux mots, et des mots aux discours. La double articulation du langage symbolique nous paraît former un terreau riche pour penser les fondements suturaux des systèmes sémiotiques complexes. Le second niveau sutural envisagé est épistémologique et s’insère dans une réflexion disciplinaire.

no 1 | 2013 : Cygne Noir

Selon les recherches de Nassim Taleb sur les limites de la connaissance et le poids de l’imprévisibilité dans nos schémas épistémiques, un « Cygne Noir » est une figure métaphorique renvoyant à un événement imprévisible qui surgit et vient ébranler nos cadres normatifs. C’est une aberration qui fait rupture dans la cohérence de nos modèles encyclopédiques et qui force la reconsidération à la fois de nos connaissances établies et des modes d’acquisition et de validation de ces connaissances, voire de paradigmes entiers – soudainement reconnus comme erronés. La nécessité de rendre cohérente cette donnée aberrante produit des explications qui retracent des effets de prévisibilité rétrospectifs. Symétriquement, un événement hautement prévisible qui ne survient pas peut également être appelé un Cygne Noir. Le Cygne Noir symbolise et traduit ainsi la stupeur d’une conscience prenant acte des limites de l’induction et de la probabilité.  

Selon les recherches de Nassim Taleb sur les limites de la connaissance et le poids de l’imprévisibilité dans nos schémas épistémiques, un « Cygne Noir » est une figure métaphorique renvoyant à un événement imprévisible qui surgit et vient ébranler nos cadres normatifs. C’est une aberration qui fait rupture dans la cohérence de nos modèles encyclopédiques et qui force la reconsidération à la fois de nos connaissances établies et des modes d’acquisition et de validation de ces connaissances, voire de paradigmes entiers – soudainement reconnus comme erronés. La nécessité de rendre cohérente cette donnée aberrante produit des explications qui retracent des effets de prévisibilité rétrospectifs. Symétriquement, un événement hautement prévisible qui ne survient pas peut également être appelé un Cygne Noir. Le Cygne Noir symbolise et traduit ainsi la stupeur d’une conscience prenant acte des limites de l’induction et de la probabilité.