Derrida et le langage ordinaire de Raoul Moati, par Maxime Plante

Recension

Raoul MOATI, Derrida et le langage ordinaire, Paris, Hermann, coll. « Le Bel Aujourd’hui », 2014, 445 p.

Il y a quelque chose de fascinant – de désespérant – dans l’immense dialogue de sourds qui dure entre les deux traditions philosophiques fratricides que sont la philosophie analytique et la philosophie continentale. Les philosophes ne sont-ils pas, après tout, réputés raisonnables? Comment expliquer alors que tant de préjugés continuent aujourd’hui d’empoisonner le dialogue jusqu’à le rendre aussi improbable que stérile? Nous serions tentés de voir dans le travail engagé par Raoul Moati dans son Derrida et le langage ordinaire, paru en 2014 sur la base d’une thèse soutenue en 2010, un pas courageux vers l’assainissement d’un débat philosophique certes vicié, mais non sans promesse.

LIRE LA SUITE